Le gap entre le manque d’experts en sécurité du numérique et les besoins des entreprises est gigantesque » – Interview ILV

Source : http://www.studyrama.com/formations/specialites/informatique-numerique/le-gap-entre-le-manque-d-experts-en-securite-du-104207

"Le gap entre le manque d'experts en sécurité du numérique et les besoins des entreprises est gigantesque" - Interview ILV

Gérard Peliks est le Directeur adjoint du MBA Management de la Sécurité des Données Numériques de l’ILV (Institut Léonard de Vinci – Paris La Défense). Cette interview sonne presque comme un appel : de jolies carrières sont à prendre dans la sécurité informatique selon lui. Avis aux intéressés !

Les formations d’excellence de spécialistes sécurité, niveau masters, mastères professionnels, MBA émergent et proposent des cursus intéressants pour former aux nombreux métiers que les organisations recherchent aujourd’hui. »Il est important que les candidats obtiennent les bonnes réponses à leurs interrogations et à leurs hésitations avant de choisir leur voie et, s’ils choisissent l’une des multiples opportunités de faire carrière dans celles offertes par la sécurité du numérique, qu’ils le fassent en connaissance de cause » nous explique Gérard Peliks est le Directeur adjoint du MBA Management de la Sécurité des Données Numériques de l’ILV (Institut Léonard de Vinci – Paris La Défense)

Alors, pas attractifs ces métiers de la sécurité du numérique ?

« C’est pourtant tout le contraire et ils offrent un panel très large de métiers dans un environnement motivant où l’on côtoie des personnes très compétentes ! Il y a de quoi se passionner, et s’investir totalement que l’on soit plutôt côté sciences dures ou côté sciences humaines.
Parmi ces nombreuses opportunités de carrière, celle de manager de la sécurité des données numérique, en charge de diminuer les risques qui pèsent sur l’Information et les systèmes d’information des organisations, apte à maîtriser non seulement les aspects techniques, juridiques, normatifs et humains de la cybersécurité pour en parler au top management mais aussi à diriger les équipes de terrain, semble être une voie royale pour un expert convenablement formé.
De plus, on peut aisément affirmer que, côté rémunération, les multiples métiers de la cybersécurité n’ont rien à envier aux métiers par exemple de la finance, et que les rémunérations sont à la hauteur des responsabilités acceptées et des performances prouvées. »

La cybersécurité ne fait-elle pas peur car elle semble réservée seulement à des profils très techniques et scientifiques ?

« Non, certains font carrière dans la sécurité sans avoir jamais aligné d’instructions ou paramétré un équipement de sécurité. Des juristes, des géopoliticiens, des directeurs de projets, des formateurs font des carrières correspondant à leurs goûts qui ne sont pas forcément des goûts de mathématiciens ou de programmeurs.
Des juristes, par exemple, peuvent être formés et poursuivre de belles carrières dans la sécurité du numérique.
Quant à la position idéale d’un directeur de la sécurité des données numériques, elle se situe à un niveau très proche de la direction générale et parfois dans le comité de direction. Un directeur sécurité qui dépend de la direction informatique n’est pas à la place souhaitable dans une entreprise, car la sécurité ne doit pas être une variable d’ajustement, le plus souvent à la baisse, dans un budget informatique, vus les cybermenaces qui pèsent sur l’information des organisations.
Et ça, les directions générales commencent à le comprendre ! »

Quelle formation suivre pour faire carrière dans la cybersécurité ?

« Précisons, car c’est important, que l’enseignement de base idéal d’un futur expert cybersécurité doit lui donner des assises techniques, mais aussi des bases juridiques, de géopolitiques, d’intelligence économique et aussi le goût d’apprendre les nouvelles technologies tout au long de sa carrière.
Et c’est ce que nous tentons de faire au sein du MBA spécialisé Management de la sécurité des données numériques dont le programme évolue en permanence sur les recommandations d’un Comité d’Orientation Pédagogique qui rassemble des professionnels reconnus du secteur (banque, assurance, cabinet d’audit de conseil… et spécialiste des risques). »

© Patrick Delance

Laisser un commentaire